Les automnales de Quingey

 

Lors de son assemblée générale du 12.1.2008

L'association "Les AUTOMNALES" a élu son nouveau bureau :

 

Président :

Alexandre GUINCHARD 25440 QUINGEY

03.81.63.66.48 / 06.13.71.00.78

cajea@hotmail.com

 

Vice Présidente :

Huguette DEMONTROND 25440 QUINGEY

 

Trésorier :

Christian DAUPHIN 25440 QUINGEY

03.81.63.73.45

 

Secrétaire :

Gaby DALMAU 25440 QUINGEY

Tél/fax : 03.81.63.89.40 / 06.73.37.51.35

gaby.dalmau@orange.fr

 

13ème SALON DES AUTOMNALES de QUINGEY - 2009

20 - 21 - 22 novembre 2009

 

    

 

 

Historique des « Automnales »

 

L'association « les Automnales de QUINGEY » a été créée au cours de l'été 1997 dans le but d'organiser chaque année un moment fort autour de la peinture, de la sculpture et du dessin. L'automne fut choisi comme date et plus particulièrement la fin du mois de novembre ce qui a décidé du nom de l'association.


Un noyau dur de 5 peintres locaux [ Eric GUILLOT, Alex GUINCHARD, Huguette DEMONTROND, Mary-Lou SEGUIN et Karl THIEMANN) ainsi que Christian DAUPHIN comme Président, mirent en place ce salon avec comme ambition principale de permettre à des artistes amateurs d'exposer dans de bonnes conditions. D'où une communication forte (affichage, médias, programme, invité d'honneur et prix récompensant les 40 artistes exposants), panneaux et éclairage améliorés chaque année, convivialité et accueil du public, suivi de la création d'un programme citant tous les artistes présents et vendu au profit d'une organisation caritative différente chaque année.

Charles BELLE fut le premier invité d'honneur, petit clin d'oeil à notre ancien maire qui avait le même patronyme. Peintre « immense » comme ses toiles avec des champs de fleurs magnifiques.

Jean-Pierre SURUGUE (créateur du Trophée offert aux champions du monde de foot) nous fit la joie d'être parmi nous pour le 2ème salon.
Pierre DUC, peintre, sculpteur, graveur, lithographe, créateur et inventeur d'oeuvres monumentales, en 1999 – En 2007 réalise la statue de Vauban pour Besançon (tricentenaire de la mort de Vauban)
Bernard JOBIN, dessinateur, graveur et surtout sculpteur d'oeuvres monumentales qui sont présentes dans de nombreuses capitales régionales. Automnales de l'an 2000.
Paul GONEZ, lui aussi sculpteur de renommée nationale, rayonne dans toute la France et à l'étranger avec de très nombreuses expositions. Automnales 2001.
Gilles HERNY, en tant que peintre et graveur fut notre 6° invité d'honneur en 2002 : couleurs flamboyantes pour ses peintures, estampes de grande qualité.

CEELLE en 2003 : enfin une femme et quelle femme…. !! Une passionnée et cela se voit dans ses tableaux : paysages, fleurs, natures mortes, marines avec un goût prononcé pour l'architecture des villes comme Rome et Venise. (Thème du prix du public en 2003 : « le chat »)
Denis VURPILLOT, pour les Automnales de 2004, peintre figuratif où graphisme et tachisme se mêlent, exposa sa lumière, sa poésie, avec des pointes de calligraphie dans la plupart des oeuvres présentées. (Thème du prix du public en 2004 : « la mer »).
Pierre BASSARD, automnales 2005 : peintre « fantastique » ; dans ses oeuvres se reflètent son monde, sa conception de la vie, tantôt étonnantes, tantôt inquiétantes mais qui interpellent tous les publics, adultes comme enfants. (Thème du prix du public 2005 : «l’automne »)
Pierre BEUCHEY est accueilli en 2006 : sculpteur et marqueteur pour le 10° salon. Ses oeuvres de pure création sont toujours un clin d'oeil au réel et rendent parfois avec humour la matérialité de la vie. (Thème du prix du public en 2006 : « la musique sous toutes ses formes »).

Antoine ARANDA, automnales 2007 : 11ème salon. Sculpteur depuis plus de 30 ans : travaillant le bois, particulièrement celui de l’olivier, et surtout le bronze, il a, par sa créativité et le travail des patines, donné une âme à ses œuvres. Son idéal féminin, parfois très abstrait, toujours émouvant et attirant, se traduit par des formes courbes ou effilées, toujours harmonieuses. (Thème du prix du public 2007 : « le cirque »).

 


 

Automnales de 1997 à 2008

 

 

 

Un petit survol des beaux arts dans le canton de quingey
Jusqu’au 19ème siècle


BEUQUE Sculpteur né à QUINGEY
Expose un buste en bronze au salon de 1892
Article dans « Les Gaudes » (*) 1er juin 1892

BRUAND Théophile Peintre né à BESANCON le 5.3.1808
Décédé à STRASBOURG le 3.8.1861
Dessins coloriés d’insectes considérés comme les meilleurs de Château dans sa spécialité : l’entomologie Paysages. Ami de Gigoux. Va en Italie avec lui. Exposition Besançon 1840 :
     « Vue de la nouvelle route de Quingey » 1840
     « Vallée du Doubs vis à vis de Fraisans »
     « Vue de Besançon Route de Paris » 1858
     « Lépidoptères » : aquarelles
DRVD Roche et Vernus « Dictionnaire biographique du département du Doubs » 1996

DECREUSE Jean-Pierre dit Auguste
     Beaux-arts à Lyon
     Peintre (principalement des portraits) élève de GROS à Paris
     Lithographe (peinture sur pierre)
né à MONTROND le CHATEAU 28.8.1806
Décédé à PARIS 26.12.1839
Expositions : Lyon dès 1831 – Salons 1833 – 1839
Très nombreux portraits de la famille royale (Versailles)
     « Charles VI et Louis XI » (Château de Fontainebleau)
     « Catherine de Médicis » «Docteur Imbert » 1833
     « C.Bernard » 1835
     « L.Mancini »
     « Mademoiselle de Montpensier »
     « Docteur Pouteau »
     « Legendre-Héral »
     « Autoportrait » en 1835 (73X60) S’est vendu 80000 frs
**********************************
DECREUSE Théodore Just (frère de Jean-Pierre)
Peintre dessinateur né à MONTROND le CHATEAU 26.6.1814
Décédé à LYON 7.11.1894
Portraits, paysages, intérieurs.
Beaux-arts de Lyon. Elève de Revoil 1826-1832. Laisse un grand nombre de dessins. N’a jamais exposé
DBZ Bénézit « Dictionnaire critique et documentaire 1948 ». Donne 1936 comme dernière exposition au salon par Auguste et 1827 comme 1ère année des beaux-arts de Théodore. DRVD 1996

DUMONT Paul Peintre né à QUINGEY en 1916
Petit neveu de Emile ISEMBART
Expose des aquarelles à Besançon en 1934 dont :
     « Quingey »
     « Château d’Abbans-Dessous »

Article dans « Le Pays Comtois » 5.9.1934

FOURQUET Napoléon Sculpteur
     Beaux-arts de Paris 1834 – élève de David d’Angers
     Né à DOLE 15.8.1807
(fait partie de la famille FOURQUET de Lavans (*))
Expositions à partir de 1842
     « Duc de Luynes » buste marbre 1852
     « Le serment d’amitié » groupe en plâtre 1857
DB 1912 Abbé Brune : dictionnaire des artistes et ouvriers d’art

GANNARD Georges croquis de Quingey
Voir annexes

GASSOWSKI Alexandre de,
(GAZOUSKI)
Peintre Né à DOLE le 10.2.1835
Décédé à GRANDFONTAINE en 1895
     « Il expose un paysage au coloris éclatant. Que de jaune, que de vert ! Il y a de quoi désespérer un perroquet ! Jusqu’à ce pauvre Doubs qui a dû participer à cette orgie de couleurs : de verdâtre que nous le voyons toujours, il est devenu bleu sous le pinceau de Gassowski, mais d’un bleu qui rappelle les eaux du lac d’Annecy » (SN 1889)
Elève de Monsieur Tabac
Expositions :
Salons 1868-1869
     « Nature morte »
     « Un modeste déjeûner »
     « Huitres et homard »
Des paysages, des portraits, des vues de Besançon
Expositions VB 1889 - 1896
     « Vue de Tarragnoz » 1892
     « le jardin de la forge à Quingey »
     « l’abreuvoir de Chouzelot »
     « bords de la Loue à Belle-Rive Lombard »
     « abreuvoir de Cessey »

Articles dans « Les Gaudes » 13.1.1889/24.2.1889/29.1.1890/16.3.1892
DB Abbé Brune 1912
PNM Hardouin, Fugier Elisabeth « les peintres des natures mortes » 1898
DBz Bébézit 1999

GIACOMOTTI Félix Peintre Né à Quingey le 18.11.1828
Décédé à Besançon le 19.5.1909
Inhumé avec ses parents à Etampes (91)
Voir feuille annexe

GIBOTTE N Peintre (quittances pour un tableau qui doit décorer le
Maître Autel de l’église de Quingey vers 1606
Les 3 quittances se montent à 66 frs 1606-1608)
(ADD archives du Doubs E 2948)

ISEMBART Marie Victor Emile
Peintre Dessinateur élève de FANART (actif à Quingey)
Né à Besançon le 3.3.1846
Décédé en 1921

LAFFERRIERE Maurice Peintre Né le 15.12.1890 à La Ferrière Sous Jougne
Décédé le 1.4.1956 à Colombes (92)
     « Le château de Lavans-Quingey »
Voir feuille annexe

PERREY Aimé Napoléon Sculpteur Né le 15.8.1813 à Dambelin (Doubs)
Décédé le 22.11.1883 à Pont de Roide (Doubs)
L’un des meilleurs spécialistes de la sculpture dans le goût médiéval. Statues, bustes, médaillons.
Expositions salons 1845 – 1882
     « Portrait de feu Perrin » bronze 1875
     « Boissy d’Anglas » 1883
     « Sainte Marthe » statue pierre église St Augustin Paris
     « Statue d’un apôtre » d’après les fragments déposés au Musée de Cluny
(est à la Sainte Chapelle de Paris)
2 sculptures à l’Eglise St Eugène de Paris
nombreuses sculptures et décorations
(Eglise Jean Baptiste de Belleville Paris 1854-1859)
     « Pape Calixte II » Bronze
NB : son fils Léon Auguste était également sculpteur : né à Paris 24.8.1811 – décédé à Paris 19.3.1900

PERRON Ferdinand Louis Peintre Né à Besançon le 16.10.1823
Décédé à Paris le 13.11.1870
Beaux-arts de Besançon 1837
Elève de Flajoulot à Besançon
Elève de Jean Gigoux à Paris 1847
     « Je signalerai Perron que j’ai eu plusieurs années à mon atelier et dont Courbet disait « c’est moi et Perron qui peignons le mieux le tout Paris » ».
Influencé par Murillo et Le Courrège
Nombreux portraits commandés par les américains
Portraits, dessins, miniatures en ivoire
Exposition Besançon 1863 – Salon 1863-1881
     « Les quatre saisons »
Panneau à la Maison Gannard à Quingey acquise ensuite par N.Nicolas
     « Laveuse » 1865
     « Portrait de l’artiste par lui-même »
     « Scène d’hiver » (musée de Besançon)
     « Les petits bûcherons »
     « Un déjeuner sur l’herbe sous Louis XV »
     « Braconniers avant la chasse »
SED (Société Emulation Doubs) 1889 – Article dans « les Gaudes » 11.3.1889 – DB Abbé Brune 1912

POINTELIN Auguste Emmanuel Né à Arbois en 1841
     Peintre actif à Quingey « Ciel d’aube et ciel de couchant »

RAPIN Alexandre Peintre élève de GEROME Né à Noroy le Bourg (70)
Décédé à Paris en 1889
     « le ruisseau de saules à Lavans »
     « l’abreuvoir à Lavans »


SOITOUX Jean François Sculpteur Né à Besançon le 5.9.1816
Décédé à Paris le 21.5.1891
(monument funéraire par Bartholdi Cinéma Montparnasse)

     Désigné comme « le maître de Quingey »
Ami et collaborateur de David d’Angers
Elève de Feuchère et de Rude
Exposition au salon 1850 :
     « Statue de la République » marbre place de l’Institut
     « Génie des combats » 1851 – Reçoit une médaille pour cette oeuvre
     « Gambetta » Musée de Blois 1866
     « Denis Papin » pierre Jardin des Tuileries
Un portrait de lui par Giacomotti se trouve aux Beaux Arts à Besançon

Article dans « Les Gaudes » 26.5.1889 – DB Abbé Brune 1912 – DBz 1999 – DRVD 1996

TIRODE Jules Félicien Peintre Né à Quingey 1899 ( ?)
Expositions Besançon 1862 et 1884 – Lons le Saunier 1876
     « intérieur de forêt » 1862
     « environs de Besançon, effet du soir » 1870
     « ruisseau à Beure »
quelques natures mortes
DB Abbé Brune 1912

(*)Le grand-père de Georges Emile FOURQUET (qui expose aujourd’hui aux Automnales 2006) : Emile FOURQUET est à l’origine de l’arrestation d’un des plus grands assassins de la fin du 19ème siècle : VACHER, qui a reconnu 50 crimes, chiffre hélas certainement en-dessous de la vérité puisque, surveillé jour et nuit après son arrestation, un gardien l’aurait entendu dire « ils ne sauront jamais tout » .Il a été guillotiné en 1898 à Bourg en Bresse. Un livre existe et un film a été tourné avec Michel GALABRU dans le rôle principal.


UN GRAND MERCI


Renseignements de base fournis par Monsieur Georges FOURQUET d’Ornans dont le grand-père était le juge Emile FOURQUET de LAVANS-QUINGEY (voir § ci-dessus)
Eléments complémentaires fournis par Monsieur Michel JEANNINGROS de BESANCON/CHAY
Sources citées par Monsieur Michel JEANNINGROS après renseignements pris auprès de la DRAC de BESANCON (Direction Régionale des Affaires Culturelles) :

• Encyclopédie des arts en Franche-Comté de Jacques Rittaud-Huttinet et Chantal Clerc
Editions La Taillandère
• Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art de Franche-Comté de l’Abbé Brune (s’arrête à 1900)
• Dictionnaire des peintres, sculpteurs, graveurs de Franche-Comté de Marie-Paule Renaud
• Les hommes célèbres de Franche-Comté de Emile Fourquet

(*) Les GAUDES : Revue littéraire – Ouvrage de référence Comtoise 1ère parution 1889

www.besancon.com - Cliquer sur « loisirs culture » puis sur « culture » puis sur « bibliothèque » puis sur « catalogues » bibliothèque accès – bibliothèque études et conservations – les gaudes revue franc-comtoise – chercher les codes. Voir aussi les ouvrages papier Bibliothèque rue de la bibliothèque.
 

Giacomotti (Félix Henri) : Elève de l’école de dessin de Besançon. Prix de Rome en 1854. Conservateur du musée de peinture et Directeur de l’école des beaux-arts de Besançon. Né à Quingey en 1828 – Décédé à Besançon en 1909. Il est enterré à Etampes (Essonne) avec ses parents. Une superbe exposition a eu lieu à Etampes en 2005 (terminée le 31.5.2005).

Les tableaux de l’église Saint Martin de Quingey, ont été inaugurés le 8.5.1892 par Monsieur Rigny Chanoine et Curé de Saint Pierre de Besançon (discours « fleuve » à disposition).

Peintures de Giacomotti : ce sont des Quingeois qui ont posé : Charles NICOLAS Maire, l’Abbé MONNIER, le père VALOT (dit Dodo – grand-père de « Caillotte »), ………..

Eglise St Martin de Quingey

Peinture de GIACOMOTTI représentant le martyre de Saint Sébastien, au-dessus de la porte qui va à la sacristie (on a longtemps pensé qu’il avait obtenu un premier prix de Rome avec cette peinture. En fait, il l’a obtenu pour une autre toile représentant le lavage des pieds).

Au-dessus du Sacré-Cœur de Jésus côté droit, superbe tableau de Giacomotti représentant l’évêque de Belsunce (se prononce Belzunce – 1670-1755), à Marseille décimée par la peste en 1720. Mgr Belsunce se montra particulièrement charitable avec les Marseillais et plaça la ville sous la protection du Sacré-Cœur de Jésus lors d’une messe célébrée le 1.11.1720. A cette occasion il déclara : « A Dieu ne plaise que j’abandonne une population dont je suis obligé d’être le père. Je lui dois mes soins et ma vie, puisque je suis son pasteur »

Sacré-Cœur de Jésus côté gauche :
La Vierge offre un chapelet à Saint Dominique (patron des Dominicains qui occupaient le couvent datant de 1766 ainsi que le bâtiment de la Confrérie consacrée en 1612 = à gauche en sortant de l’église). Pour les personnes intéressées nous tenons à disposition l’histoire du chapelet qui serait « né » aux Indes.
 

Au-dessus du Sacré-Cœur de Jésus côté gauche : peinture de Giacomotti représentant le PAPE PIE V à la fin de la bataille navale de LEPANTE (à proximité du golfe de Patras - Grèce 1571) annonçant la victoire obtenue grâce à la récitation du Rosaire (guerre qui a opposé les Ottomans aux armées chrétiennes : celles du Pape, de l’Espagne, de Venise, de Gênes, d’autres états Italiens et les chevaliers de Malte (Sainte Ligue) – Un des participants : l’écrivain espagnol Miguel de Cervantes qui fut blessé et perdit l’usage de sa main gauche).

Chœur :


Magnifique peinture de Giacomotti représentant Saint Martin partageant son manteau avec un pauvre (Saint Martin évêque de Tours 316-397 – Né en Pannonie – Hongrie -, à 15 ans il est soldat comme son père selon la Loi romaine, bien que voulant être chrétien. Les hasards de la guerre le conduisent à Amiens. Aux portes de la ville, un pauvre grelotte. Saint Martin tranche à l’aide de son épée, son manteau militaire (il était interdit par le règlement, donc risqué, de donner tout le vêtement), et couvre le pauvre. La nuit suivante, il voit en songe, le Christ revêtu du demi-manteau. «J’étais nu, Martin m’a couvert ». Il reçoit le baptême et quitte l’armée. Il fonde avec Saint Hilaire, le premier monastère des Gaudes à Ligugé dans la Vienne. Enlevé par ruse par les Chrétiens de Tours (Indre et Loire), ils le forcent à devenir leur évêque. Il évangélisera les campagnes)

Au-dessus du confessionnal un tableau de ??????????? représentant probablement Saint-Martin, peut-être Saint Claude ?? (très antérieur à Giacomotti). Ce tableau se trouvait autrefois dans le chœur de l’église.

Saint Martin domine le village de Quingey que l’on reconnaît parfaitement : allée de platanes plantés sous Louis XV (les Promenades actuelles), l’ancien pont, le clocher de l’ancien couvent etc…
 

Beau tableau du peintre Maurice LAFERRIERE, offert par Madame LABOURIER de LAVANS (pour LA TOUSSAINT 1942), représentant le Christ entouré de petits enfants. Premier prix au concours des Beaux-Arts de Paris en 1934.

 

Maurice Lafferrière est né le 15 décembre 1890 à la Ferrière-sous-Jougne et c'est en 1902 que la famille vint habiter à Quingey où le père avait trouvé un emploi aux Forges de Franche-Comté et un logement dans la maison située à l'angle de la rue des Fossés et de la rue de Busy, une maison souvent peinte par l'artiste. Ces dernières années, on voyait encore, rue des Fossés, l'une de ses oeuvres peinte sur le mur de son atelier qui avait été démoli et qui était livrée aux intempéries. Très jeune, Maurice Lafferrière manifesta son goût pour le dessin et la peinture. Remarqué par Giacomotti, il suivit les cours du peintre quingeois à l'école des Beaux-Arts de Besançon. Lors de la Grande Guerre, il passa quatre années dans les tranchées, croquant sur le vif ses camarades de combat : "Poilu écrivant à sa famille". Il revint à Quingey où il continua de peindre avec frénésie puis décida de monter à Paris où il obtint de nombreux prix. Mais la peinture ne nourrit pas son homme et il dut se résoudre à accepter un modeste emploi aux écritures, tout en produisant des dessins destinés à la publicité, des auto-portraits, des caricatures politiques, des vieilles maisons de Quingey ou encore des scènes rurales : "Le marché de Quingey". Il eut deux filles, Nicole et Bertille et mourut en 1956 à Colombes (92).

Renseignements aimablement fournis par Monsieur René DEVILLARD de Chouzelot, correspondant de l’Est Républicain.

Croquis de Maurice Lafferrière : poilu de la guerre de 14.18 écrivant à sa famille

Superbe tableau accroché au mur le long de l’allée gauche à l’église.

Nous ne savons pas qui a peint ce tableau et qui il représente, quel symbole etc…..

Merci à toute personne qui pourra nous éclairer.

 

Croquis de l’ancienne porte de Quingey dite « porte de Salins », réalisé par Georges Gannard le jour de la démolition de la porte le 16.4.1857. Georges Gannard a offert son croquis à Melle BLANC. La porte se trouvait sur la Rue des Salines actuelle, vraisemblablement entre la Quincaillerie Dody et la maison Prillard. A remarquer : la date de 1701 sur le fronton de la porte.

Merci à toute personne qui pourra nous donner des renseignements sur

Georges GANNARD qui a réalisé de nombreux croquis de Quingey.

Ce montage a été réalisé par Gaby Dalmau



Pour les automnales 2006


Petit clin d’œil « rétro » non exhaustif, et que j’aurais voulu illustrer de photos de tableaux des peintres cités ce qui ne m’a pas été possible, j’en suis désolée. Je re-travaillerai sur le sujet pour les automnales 2007 afin d’enrichir ces pages. Merci à toutes celles et ceux qui sont intéressé(e)s de me faire part de leurs commentaires, souhaits, suggestions etc….

Vous pouvez retrouver sur mon site internet :


http://perso.orange.fr/quingey-dalmau/


de nombreuses infos concernant Quingey, les livrets que j’ai écrits en collaboration avec Roland Poncet :

     • connaissez-vous quingey,
     • les cimetières de quingey,
     • mini-historique de l’école primaire et maternelle,
     • l’abbé coutteret de lombard (1912-1945),
     • l’oratoire du dieu de pitié de quingey (1625) et sa source,
     • le prieuré de saint renobert (an 840),
     • l’église saint martin (1840),
     • les sœurs de la charité à quingey (1861-1980),
     • la liste des maires de quingey,
     • la liste des prêtres ayant officié à quingey,
     • les aviateurs morts a lombard le 1.9.1944 a bord de leur bombardier,
     • les fusillés de la citadelle du 26.9.1943 dont faisaient partie un patriote de chouzelot et deux patriotes de cessey, ETC ……………….
     • Les relevés des monuments aux morts 1870, 1914/18, 1939/45

(livrets à disposition contre le prix de la photocopie soit 0.20€ le feuillet).

Contactez-moi au
Tél/fax : 03.81.63.89.40 ou 06.73.37.51.35
ou par mail
ou directement par le biais de mon site
 

Georges Emile FOURQUET
Ornans


Né en 1945 à Madagascar, son grand-père Emile FOURQUET qui demeurait à Lavans-Quingey, est à l’origine de l’arrestation d’un des plus grands assassins de la fin du 19ème siècle : VACHER guillotiné en 1898 à Bourg en Bresse.

Georges Emile FOURQUET est un autodidacte. Il fréquente les Beaux-Arts et ateliers privés à Paris jusqu’à sa première exposition en 1965 à Paris.

Il participe à de nombreux salons en France et à l’étranger.

Il obtient de nombreux prix :

          • en Italie et en France en 1968

IIème biennale Italiana d’Arte Graphica Internationale à Ancona Italie
Et Biennale Regioni

Diplôme au grand prix international de peinture de Deauville

          • aux USA et en France en 1969

Palmarès au grand prix de peinture de la Côte d’Azur à Nice
Diplôme au grand prix International de peinture de Deauville
Mention au grand prix du festival de Cannes à Cannes

Prix de New-York
Diplôme à la « 2nd Exhibition of Contempary Painters in USA »

          • en Italie en 1981

Diplôme académie internationale « Léonard de Vinci » Italie

Peintre de synthèse (il ne s’attache à aucune école), figuratif, expressionniste, fauve d’esprit moderne empreint de poésie, crée autant par l’image que par l’idée, invitant au rêve à travers l’illusion, imagier parfois baroque.

Participation aux Automnales de Quingey (Doubs) novembre 2006

Contact mail : gabidalmau@aol.com qui fera suivre

Légendes photos :

Viole d’Amour – Viole de Gambe – Collage papier 2006

Blongios nain – Peinture à l’huile 2001
(le blongios nain est un oiseau rare de France en voie de disparition, il est protégé. Il vit en milieu humide, principalement dans les marais. C’est le plus petit héron Européen).