Chouzelot

Conseil municipal des jeunes - 2007

 

 

 

Chouzelot : la chevanne :

Ancienne tradition qui n'est pas exclusive à Chouzelot.

Françoise me rappelle à juste titre qu'il existe une monographie de Chouzelot écrite par Louis Beuque en 1900 et où je viens de trouver page 19 "les habitants, moeurs, genre de vie, habitudes, langage" le § suivant :

Voici en quoi consiste la chevanne :

le jour de carnaval (mardi gras), les jeunes gens dressent un mât, un arbre, en un endroit quelconque. Ils confectionnent ensuite un mannequin qu'ils promènent dans le village, tout en faisant la quête dans les maisons. Le soir venu, on attache le mannequin au faîte de l'arbre, celui-ci habillé de haut en bas de buis et de genevrier enduits de pétrole. A l'heure fixée, les mariés de l'année, accompagnés de la foule, viennent se ranger autour de l'arbre et le plus jeune couple met le feu à la chevanne. Tandis que celle-ci se consumme, la foule crie sa joie à pleins poumons. La fête se termine par un banquet organisé avec le produit de la quête et auquel prennent part seulement les jeunes gens qui ont préparé la chevanne.

C'est très intéressant, ce récit, parce qu'en fait, il s'agit d'une vieille tradition d'origine celte, la fête d'Imbolc, qui célèbre la lumière et qui est liée à la fécondité (d'où la présence des jeunes couples, dans la fête de Chouzelot).

Elle a été remplacée par la fête chrétienne de la "chandeleur" (fête des chandeliers, le 2 février) ou par les fêtes du mardi gras (le 5 février).

Voici le détail de cette fête :

La fête celte d'Imbolc (1er et 2 février) a pour sens étymologique « lustration », il s’agit donc d’une purification qui prend place à la fin de l’hiver, à l’équinoxe. C'est le moment-clé où la durée d'ensoleillement est suffisante pour quitter la période sombre du cycle solaire. C'est donc à ce moment-là qu'on cherche à s'attirer les bonnes grâces du soleil afin d'anticiper sur le printemps à venir et espérer qu'il soit le meilleur possible. Les crèpes, jaunes et rondes, symbolisent le soleil. C'est la fête du feu et de la lumière, dédiée à la déesse celte Brigid (déesse du feu et de la fertilité). La célébration de la Grande Déesse vise à réveiller la terre et à la préparer à donner de bonnes récoltes. On fête le renouveau, on se débarrasse du passé, de l'hiver pour repartir sur des bases saines au printemps. On dispose des chandelles un peu partout dans la maison, dehors, on allume des feux, des bûchers, on marche en procession dans les rue et les champs avec des flambeaux ou des chandelles... L'absorption de la lumière et de la chaleur est un moyen de transformation, de purification et de prospérité.

La fête d'Imbolc a aussi pour fondement un culte lié à la fécondité.

J'ai un amis en Alsace qui célèbre ça d'une autre façon que nous, dans sa région. Voici ce qu'il me dit :

"Chez nous, il y a une tradition un peu similaire, vers la Chandeleur : des feux sont allumés sur des hauteurs. Ils servent à allumer des disques de bois percés d'un trou au centre et qui sont lancés au moyen d'une baguette enfoncée dans le trou centrale. La technique consiste à faire tournoyer baguette et disque enflammé et de frapper sur une planche inclinées, qui sert de base de lancement du disque. Les disques sont appelés des "chidoles". Si le disque part bien on sera marié dans l'année (le lancer est réservé aux célibataires). A l'origine, c'était des boules de branches qui étaient enflammées et que l'on faisait rouler dans la pente."

Françoise DUCEAU de son côté m'écrit :
Les chevannes sont de grands feux établis sur les hauteurs, la veille du jour des Rois (canton de Pontarlier [Doubs]).
Source:
http://www.encyclopedie.info/index.php?FCM_module=FCM_jvf&FCM_jvf_op=page&FCM_jvf_article_id=1118